Τρίτη, 21 Νοεμβρίου 2017
ΜΙΧΑΛΗΣ ΒΑΚΑΛΟΥΛΗΣ

ΜΙΧΑΛΗΣ ΒΑΚΑΛΟΥΛΗΣ

Ο Μιχάλης είναι καθηγητής Πανεπιστημίου. Διδάσκει πολιτική θεωρία, μεθοδολογία και κοινωνιολογία της συλλογικής δράσης στο Πανεπιστήμιο Paris VIII. Είναι πτυχιούχος οικονομίας, πολιτικής επιστήμης και διδάκτορας φιλοσοφίας. Οι τελευταίες του έρευνες αφορούν προβλήματα των κοινωνικών κινημάτων και των μορφών πολιτικοποίησης της νεολαίας στις νέες εργασιακές συνθήκες. Εχει δημοσιεύσει, μόνος η σε συνεργασία, δεκάδες εργασίες και συλλογικούς τόμους, μεταξύ των οποίων: Le Capitalisme post-moderne, Paris, PUF, 2001; Jeunes en entreprise publique, La Dispute, Paris, 2005; Le syndicalisme d'expérimentation, PUF, Paris, 2007, Jeunes diplômés, travail, engagement, PUF, Paris, 2012 (forthcoming). Ειναι μέλος της σύνταξης του περιοδικού Actuel Marx. Μελέτες του έχουν μεταφραστεί σε διάφορες γλώσσες.
ΜΙΧΑΛΗΣ ΒΑΚΑΛΟΥΛΗΣ
Mobilisations sociales et projet politique en france

MOBILISATIONS SOCIALES ET PROJET POLITIQUE EN FRANCE

«Il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique.» (Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, juin 1984, p. 49)

Ma contribution comporte un double objectif. D’une part, il s’agit d’apporter quelques éclairages sur le rôle des luttes sociales dans le fonctionnement de la vie socio-politique en France.

Ce rôle est fondamental non seulement pour améliorer la prise en charge des intérêts populaires par le champ politique, mais aussi, pour élargir la citoyenneté contre les rétrécissements récurrents de l’espace public.

D’autre part, il s’agit de repérer et d’analyser certaines difficultés que rencontrent les forces politiques progressistes dans leurs relations avec les acteurs sociaux mobilisés contre l’exploitation et les différentes formes d’oppression. On aboutit ainsi sur un questionnement concernant le projet politique de transformation sociale : un point fixe pour soulever le monde et transmuer les aspirations de changement en opportunité d’action. Que faire ? Avec qui ? Et comment ? La sociologie de l’action collective cède ici le pas à une sociologie des acteurs du changement social.

Notre période, épopée sans panache ni horizon d’attente au vu de la perte des anciens repères d’historicité, est marquée par la faillite des politiques du néo-libéralisme et l’exacerbation des inégalités sociales . Les craquements du régime d’accumulation financiarisée se font sentir aussi bien au niveau national qu’à l’échelle du monde . La crise économique se double d’un déficit permanent de la politique dont la subversion de la démocratie par le technocratisme autoritaire de marché est l’aboutissement ultime. Dans ce contexte, quelles sont les tâches historiques de la gauche qui entend marquer des éléments de rupture dans la régulation systémique ? Quelles innovations faudrait-il opérer, thématiques, programmatiques, voire organisationnelles, pour donner crédit et substance à l’idée d’émancipation sociale ?

J’insisterai ici brièvement sur trois points, en essayant de formuler certaines hypothèses :
1)    Sur les effets de la crise systémique, à la fois en termes de déstabilisation de l’orthodoxie libérale et de recomposition des représentations collectives.
2)    Sur l’état de la conflictualité sociale et les possibilités politiques des mouvements sociaux. On observe, certes, l’existence de mobilisations qui peuvent déboucher sur des luttes gagnantes. En même temps, elles apparaissent éclatées, juxtaposées, limitées. En tout état de cause, la charge contestataire ne parvient pas à se hisser à un niveau de confrontation globale susceptible de créer une crise politique majeure.
3)    Une réflexion sur l’engagement radical dans le contexte d’une crise inédite. Quel est le pari des forces de gauche aujourd’hui ? Il s’agit, en partant de la fragmentation du social, de proposer des alternatives, d’ouvrir des fenêtres d’opportunité sur l’avenir, de concrétiser un projet politique progressiste. De s’investir dans les chantiers nouveaux de transformation sociale à l’échelle de l’Europe.

Crise économique et luttes de représentation

Les périodes de grands bouleversements sociaux font vaciller certaines croyances infondées mais terriblement efficaces auprès de l’opinion. Après plus de deux décennies de fièvre spéculative et de crises économiques récurrentes faisant éclater la « bulle financière », la notion de marché efficient a du plomb dans l’aile. « L’idée de la toute-puissance du marché était une idée folle », admettait Nicolas Sarkozy dans son discours présidentiel du 25 septembre 2008 à Toulon. L’échec du « populisme de marché » est aujourd’hui patent . Cette croyance superstitieuse postulait que le marché était censé jouer non seulement le rôle d’intermédiaire dans les échanges financiers, mais aussi servir d’organisateurs du consensus populaire de manière plus pertinente qu’une élection démocratique.

Or, aujourd’hui, y compris le personnel politique aux affaires est conscient de la nécessité d’agir fortement pour mieux préserver le système dans son principe. De ce point de vue, les discours sur la « moralisation » du capitalisme sont symptomatiques d’un malaise dans les élites dirigeantes. Nicolas Sarkozy a affirmé à maintes reprises qu’il fallait « moraliser le capitalisme » et même le « refonder ». Mais il a pris le soin de préciser aussitôt qu’il ne récuse pas le système capitaliste en tant que tel mais son fonctionnement actuel « fou » ou « perverti ». Il n’empêche que le décalage entre le discours et la réalité est saisissant. Il y a un discours officiel sur la « dureté » ou les « méfaits » du capitalisme qui prend parfois, sur certains points, des intonations enflammées. Mais du point de vue des actes, rien n’a véritablement changé. Les nouvelles régulations interétatiques visent à soutenir le modèle économique dominant.

Toute cette situation creuse le malaise dans la représentation politique. La représentation est en crise parce qu’elle ne représente plus. Tel est le sentiment qui prévaut : la politique est devenue synonyme de gestion, elle ne modifie le système qu’à la marge. La crise de la représentation indique, précisément, le décalage par rapport à la visée d’une transformation réelle de la société. Elle perdure parce que l’hégémonie néo-libérale s’est accomplie. Et cet accomplissement apparaît comme un immense gâchis, comme une catastrophe au moment même où la société est riche de potentialités créatrices.

Cela ouvre, assurément, la voie à des bifurcations. « Un autre monde est possible », affirme le mouvement altermondialiste . Mais lequel ? On n’envisage guère le passage au socialisme dont le mot est presque imprononçable. La domination du néo-libéralisme prospère sur l’absence de relève. Et surtout, sur l’absence d’un projet politique majoritaire, crédible, conquérant, susceptible d’accréditer l’idée que la défense des intérêts populaires est le pivot de la recomposition politique pour parvenir à une conception unifiée de l’intérêt commun.

L’impact de la crise sur les représentations collectives est contradictoire. Les salariés prennent conscience que le système capitaliste approfondit les inégalités sociales et détruit les capacités productives. Il est clair que l’on ne peut pas se contenter d’aménager le capitalisme financier sans contester les fondements du mode de production qui est à l’origine de la financiarisation.

L’autre constat, c’est la profonde inquiétude qui s’est emparée des salariés sur les conséquences de la crise. Ils se rendent compte que le système est « pourri » – le mot revient constamment dans les enquêtes empiriques. Mais ils ne savent guère par quoi le remplacer. Le contexte historique est inédit et complexe. Tout ce qui a été tenté en termes d’alternative au capitalisme a échoué. De toute évidence, s’il y a une alternance, réplique fonctionnelle du conflit majorité-opposition, il n’existe pas d’alternative de gauche à l’horizon. L’antilibéralisme lui-même n’est pas une représentation d’avenir, mais plutôt l’indicateur des carences, des lacunes et des impensés de la gauche en quête de radicalité .

Dans ces conditions, la réaction spontanée d’un grand nombre d’individus est de se diriger vers la logique du « moindre mal », y compris sur le plan social. La crise amplifie les phénomènes de repli, de recentrage sur le périmètre individuel. En attendant que l’orage passe, on rentre la tête dans les épaules. En somme, la volonté de se battre coïncide avec l’appréhension de s’exposer et de se compromettre dans des confrontations sans lendemain.

Une conflictualité à flux tendus

La situation sur le front social est vraiment paradoxale, contrastée. D’une part, il y a un nombre impressionnant de résistances, de combats, de refus. Cette diversité de luttes comporte des possibilités de reconstruire la conscience politique, de repolitiser la société. Toutefois, le syndicalisme salarié, les mouvements citoyens et sociaux éprouvent de réelles difficultés à s’affirmer comme des acteurs centraux susceptibles de peser sur le cours des choses.

Certes, on sait pertinemment que le problème des mouvements sociaux n’est pas fondamentalement un problème de légitimité mais un problème d’efficacité. Par exemple, on constate dans les études d’opinion que les syndicats bénéficient d’une bonne image. Les enquêtes qualitatives révèlent également l’utilité de leur rôle pour protéger les salariés et pérenniser le modèle social français. Encore faut-il se rappeler que les mobilisations collectives de la dernière période, tel le mouvement contre la réforme des retraites en France en 2010 ayant mobilisé à huit reprises plusieurs millions de salariés, même en l’absence de gains tangibles, ont été majoritairement soutenues par l’opinion.

Toutefois, ces luttes sont discontinues et pas toujours socialement visibles. Elles ne s’additionnent pas forcément selon un processus cumulatif. Nous avons affaire à des résistances circonscrites, réabsorbables, qui manquent de coordination. Et surtout, elles n’aboutissent pas à une mutualisation de l’expérience et de la prise de conscience.

En particulier, une des difficultés du syndicalisme à émerger comme acteur social est sa propre crédibilité comme force capable d’apporter des solutions. La posture de dénonciation et d’activisme dans un contexte de crise ne suffit plus. Il faut attester, surtout, son efficacité pratique. Comment se faire entendre ? Comment créer un rapport de forces matériel et symbolique pour associer les salariés aux propositions syndicales ? L’exemple de la gestion des entreprises est significatif. Si le capitalisme d’entreprise a échoué lamentablement, il faut mettre en avant de nouvelles formes d’intervention des salariés sur les lieux de travail, de nouveaux critères d’efficacité économique. L’alter management est une question stratégique pour le syndicalisme de conquêtes.

Quel est le potentiel des mobilisations collectives pour construire les prémisses d’un rebond politique ? Quelles sont les opportunités politiques des mouvements sociaux ? D’abord, on constate que tous les mécontentements, luttes, contestations qui s’expriment aujourd’hui concourent à ce qu’il existe un climat de révolte possible. La situation politique demeure fluide, évolutive, imprévisible. La votation citoyenne contre la privatisation de La Poste en automne 2009 est révélatrice des potentialités de repolitisation. Cette initiative impressionnante fut construite d’en bas par une soixantaine d’organisations. Elle témoigne de l’attachement profond de la population au service public de La Poste qui joue un rôle non seulement économique mais aussi de lien social irremplaçable.

Or, la notion de service public ne prend véritablement de sens qu’au niveau politique .

En même temps, les difficultés de la vie quotidienne percutent les objectifs et les nécessités du rassemblement sur une plus grande échelle. Les résultats des mobilisations ne sont pas à la hauteur des exigences du présent. Toutefois, il faut penser l’emprise politique des mouvements sociaux par-delà la pression que ces mouvements peuvent exercer sur la politique institutionnelle. En effet, l’action collective produit toute une série d’effets combinés au niveau de la politisation infrastructurelle de la société. Elle déplace non seulement l’éventail des réponses politiques mais le champ même des questionnements légitimes. Ces effets ne sont pas immédiatement perceptibles ni spontanément reconnus.
A ce propos, la science politique fait une utile typologie :

Les effets procéduraux qui désignent la reconnaissance institutionnelle des acteurs de l’action collective (et, partant, l’élargissement du champ de la participation politique en incluant des acteurs contestataires). On distingue : L’impact procédural conjoncturel (la participation dure le temps de la mobilisation, puis elle s’estompe) ; L’impact procédural permanent (les acteurs mobilisés deviennent durablement interlocuteurs incontournables).

Les effets substantiels, lorsqu’une mobilisation parvient à des résultats tangibles (c’est-à-dire à satisfaire des revendications). On distingue : L’impact substantiel réactif (évitement de la perte d’avantages acquis) ; L’impact substantiel proactif (quand le groupe contestataire arrache de nouveaux avantages).

Les effets structurels qui renvoient au changement de la donne politique, à la modification de la structure des opportunités politiques (à l’instar du mouvement de novembre-décembre 1995 qui a brisé l’élan réformateur du gouvernement d’Alain Juppé). On distingue : L’impact structurel institutionnel (modification des opportunités politiques en transformant les institutions) ; L’impact structurel sur les alliances (modification du système des alliances politiques).

Enfin, les effets de sensibilisation, soit au niveau de l’opinion publique soit au niveau de l’agenda des politiques publiques .

Le chantier du projet politique

Le rôle des forces politiques est d’établir les transversalités en montrant que d’autres choix sont possibles. Un tel travail d’élaboration ne peut s’accomplir qu’en auscultant les besoins vitaux de la population, en récusant vigoureusement l’ésotérisme des appareils repliés sur eux-mêmes. Les syndicats et les partis progressistes doivent travailler dans cette perspective de mise en commun afin de dégager des objectifs rassembleurs.

Il faut d’abord se décomplexer et arriver à redire des mots tombés en désuétude : internationalisme, coopération (au lieu de concurrence), émancipation sociale. Comment mettre en chantier un projet politique qui réactive la visée transformatrice ? Nous n’avons pas la réponse aboutie à cette question. Nous pouvons conceptuellement désigner le souhaitable, mais actuellement il n’y a pas de forces politiques suffisamment structurées pour le dire et le porter efficacement. Nous sommes sur la défensive. D’où la nécessité de reparler d’alternative. De sortir de la criminalisation symbolique de certains mots qui sont devenus des tabous. Cette bataille autour des mots n’est pas une bataille lexicale, c’est une bataille politique. Il faut repolitiser la diction du nouveau, du renouveau, du prospectif.

Un projet de transformation sociale ne sera crédible que s’il est construit et élaboré dans le mouvement du réel. C’est-à-dire avec la participation de celles et de ceux qui sont déjà engagés collectivement dans les syndicats, les partis, les collectifs de lutte, les associations, mais aussi, avec tous les citoyens qui sont à l’écart de la politique dans ses configurations actuelles. La démarche consisterait ainsi à privilégier l’ouverture à la société en mouvement plutôt que la construction politique dans un espace confiné prétendument « radical ». C’est une manière singulière de réinventer la politique, de revitaliser l’intérêt de l’engagement, d’avancer dans la concrétisation du projet d’émancipation humaine.

Pour ancrer la démarche, il faut à la fois se donner des cibles politiques et s’efforcer de construire des chantiers de refondation politique. Premier aspect : à qui s’adresser ? Le rapport des jeunes à la politique est un cas emblématique mais pas unique. Entre apprentissage collectif et quête de réalisation individuelle, la jeune génération accède à la « société de la connaissance » et aspire à la reconnaissance sociale. Or, l’arrivée de la crise est un révélateur de sa fragilité. Elle accentue le brouillage des destins professionnels, renforce la précarisation, réduit les exigences en matière sociale. Elle banalise le statut du « travailleur jetable », répand l’attentisme, incite à accepter l’insupportable.

Le regard des jeunes sur les mécanismes et les agencements à l’origine de la crise est interrogatif. Ils ne comprennent vraiment pas le fonctionnement des marchés financiers dont la déréglementation a fini par déstabiliser l’économie réelle. Toutefois, les jeunes considèrent majoritairement que l’avènement de la crise est le brusque retour au principe de réalité. Le système économique était devenu déséquilibré, irrationnel, incontrôlable.

C’est ici que le rapport des jeunes à la politique devient effectif. En fait, quelles sont leurs préoccupations, leurs critiques, leurs projections dans l’avenir ? Quels sont les calculs rationnels, les arbitrages nécessaires, les dispositions culturelles qui leur permettent de « s’intégrer » dans l’espace public sans renoncer à leur « spécificité » générationnelle, ni endosser l’habit de victime de la précarité ? Quelles sont les « chances » et les conditions de participation à l’action politique au sens large du terme pour défendre la dignité humaine, la démocratie, le bien commun ? Manifestement, les partis politique ne sont pas encore sensibilisés à cette approche générationnelle, y compris sur le plan de la composition de leur militantisme.

Comme réduire donc le décalage entre l’énonciation du souhaitable et l’évaluation du possible ? Quels axes de recomposition du politique pour qu’il se fasse en tenant effectivement compte des nouvelles formes de politisation qui traversent la nouvelle génération ? Quel rôle politique peuvent valablement jouer les formations progressistes qui s’inscrivent dans cette direction ?

Le deuxième aspect de la démarche concerne la capacité d’entamer les chantiers du changement. Par exemple, comment mettre en œuvre un pôle financier public, tourné vers un autre modèle de développement qui donne la priorité au financement d’investissements créateurs d’emploi et respectant l’écologie, et partant, susceptible de porter l’intérêt général sur le long terme ? Sur la question des services publics, il est urgent de renverser le paradigme dominant de libéralisation. De mettre en valeur les services publics de manière offensive, au-delà de la simple défense de l’existant, tel le statut des personnels. On doit reconsidérer la démarcation entre le marchand et le non marchand, dans la perspective de l’égalité d’accès des citoyens aux biens fondamentaux.

Il en est de même de la nécessité d’étoffer les droits des représentants des salariés à l’intérieur des conseils d’administration, de renforcer les prérogatives des Comités d’entreprise en matière d’emploi, de fermeture de sites, de plans sociaux. Sans vouloir reproduire le modèle de la cogestion, il faut se placer au centre des stratégies d’entreprise et des problèmes de gestion.

Tout cela suppose des interventions directes dans les gestions et dans les orientations politiques elles-mêmes, pour dépasser les délégations représentatives qui caractérisent le libéralisme occidental, du niveau local jusqu’à la gouvernance mondiale. C’est d’autant plus nécessaire d’avancer dans cette direction que l’on assiste à une surdélégation des pouvoirs et des représentations (Union européenne, G20, institutions internationales) qui accentue la crise de la représentation politique. Cela exige aussi une autre culture et d’autres valeurs par rapport à la concurrence néolibérale. C’est la question d’une nouvelle civilisation de partage et d’intercréativité de toute l’humanité qui est posée.

………….

1Cette intervention est la version remaniée d’un texte initialement publié dans la revue Transform !, « Crise de civilisation ? », numéro hors série, Paris, 2011. Nous remercions les éditeurs de la revue d’avoir autorisé sa reproduction.

2 Cf. Michel Vakaloulis, Le Capitalisme post-moderne. Matériaux pour une critique sociologique, Paris, PUF, 2001.

3 Cf. Michel Aglietta, Sandra Rigot, Crise et rénovation de la finance, Paris, Odile Jacob, 2009.

4 Cf. Thomas Frank, « Le populisme de marché », Revue Agone, n°31-32, 2004.

5 Cf. Christophe Aguiton, Le monde nous appartient, Paris, Plon, 2001 ; Éric Agrikoliansky, Olivier Fillieule, Nonna Mayer, L’altermondialisme en France. La longue histoire d’une nouvelle cause, Paris, Flammarion, 2005.

6 Cf. Michel Vakaloulis, Jean-Marie Vincent, Pierre Zarka, Vers un nouvel anticapitalisme. Pour une politique d’émancipation, Paris, Les Éditions du Félin, 2003.

7 Cf. Tony Andréani, « La privatisation des services publics est une privatisation de la démocratie », Actuel Marx, n° 34, 2003, Paris, PUF, p. 45.

8 Cf. Lilian Mathieu, Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Les Éditions Textuel, 2004.